L’importance de l’écriture inclusive dans une entreprise ?

L’importance de la diversité et de l’inclusion dans les entreprises ne peut plus être ignorée. Ce n’est pas seulement parce qu’embrasser la diversité est la bonne chose à faire, mais parce qu’il y a un argument commercial fort en faveur de la diversité et de l’inclusion en tant que moteurs importants de l’innovation, de la rentabilité et de la création de valeur pour les organisations à tous les niveaux. Des recherches telles que le rapport McKinsey de 2015 indique que les entreprises qui sont plus diversifiées “sont mieux à même de gagner les meilleurs talents et d’améliorer leur orientation client, la satisfaction de leurs employés et leur prise de décision.”

Un rapport de suivi en 2018 indique une relation statistiquement significative entre la diversité et la performance financière : Les entreprises dans le quartile supérieur de la diversité des sexes sont 21 % plus susceptibles d’avoir une rentabilité supérieure à la moyenne, tandis que pour les entreprises dans le quartile supérieur de la diversité raciale/ethnique, c’est 33 %.

Les répercussions de l’utilisation de l’écriture inclusive

Cette situation a des répercussions différentes selon les secteurs d’activité. Dans le domaine de la rédaction de propositions commerciales, les propositions et les présentations constituent le moyen de communication d’une entreprise avec ses clients, et la persuasion est essentielle. Étant donné que la persuasion et le charisme passe par le langage, établir votre message tout en prenant position pour la diversité dans votre rédaction est une compétence cruciale à développer dans le paysage commercial actuel.

Si une proposition bien rédigée vise à inclure non seulement le sexe, mais aussi les capacités, la race, l’âge et d’autres dimensions de la différence, cet article se concentre sur la communication incluant le sexe.

Voici cinq étapes à intégrer dans la rédaction de votre proposition pour favoriser une communication non discriminatoire à l’égard des femmes, hommes ou encore des LGBT.

Nous vous conseillons aussi de visiter des sites dédiée pour comprendre mieux le fonctionnement de la communauté inclusif LGBT : https://www.boutique-lgbt.fr/

1. Ne mentionnez pas le genre lorsque ce n’est pas pertinent.

Les informations relatives au sexe sont rarement justifiées dans un contexte professionnel. Lorsque l’on mentionne des professions ou des postes, tels que chef de projet, secrétaire, ingénieur, etc., la plupart d’entre nous attribuent automatiquement un genre. Non seulement les informations sur le genre liées à la profession ne sont presque jamais pertinentes dans le contexte des propositions commerciales, mais cette pratique perpétue les stéréotypes liés au genre en répétant les attentes courantes concernant le genre des personnes occupant certains rôles. Lorsque vous écrivez, pensez à : “Le chef de projet informera l’équipe”, et non “Le chef de projet informera son équipe”. Certain chargé de recrutement pense que faire une campagne Gay Friendly ou accroché un drapeau intersexe à la fenêtre suffit à rendre la communication plus inclusive, mais non !

2. Ne faites pas d’hypothèses sur le genre.

Les gens utilisent souvent des pronoms sexués (par exemple, il, elle), même lorsqu’ils ne connaissent pas le sexe de la personne sur laquelle ils écrivent ou lorsqu’ils écrivent sur un groupe de personnes qui pourraient être de l’un ou l’autre sexe. Lorsque le sexe n’est pas précisé, essayez d’utiliser un langage non sexiste. Une façon courante de le faire est d’utiliser “ils” au singulier.

3. N’utilisez pas le masculin comme neutre.

Cela concerne des pratiques telles que l’utilisation de “il/elle” pour parler d’un individu dans l’abstrait, l’utilisation de “homme” ou “humanité” pour désigner l’ensemble de l’humanité ou “il” pour désigner des personnes inconnues.

4. Abstenez-vous d’utiliser des mots qui ont des paires genrées.

Certains mots en français ont des paires genrées. Cependant, si un terme non sexiste est disponible et ne change pas le sens, envisagez de l’utiliser. Voici quelques exemples :

businessman/businesswoman = chef d’entreprise

policier/policière = agent de police

salesman/saleswoman = vendeur

5. Évitez les stéréotypes dans la représentation visuelle.

Les éléments visuels d’une proposition, tels que les graphiques, les illustrations et les ensembles d’icônes, peuvent renforcer les stéréotypes en plaçant les hommes dans des rôles actifs (cadres d’entreprise ou professionnels en pleine évolution) et en n’incluant les femmes que dans des activités stéréotypées (soins, activités domestiques ou services), voire en ne les incluant pas du tout. Lorsque vous utilisez des éléments visuels dans des propositions ou des présentations, optez pour des choix plus inclusifs et sensibles au genre.

La langue a un impact indéniable sur notre façon de penser, et les mots que nous utilisons peuvent être un puissant outil de changement. En tant que professionnels des propositions, il est important d’être ouvert à la façon dont le langage évolue en même temps que la culture et la société, et d’incorporer activement les pratiques d’inclusion dans nos écrits.